2010-10-24 - Suivi de l'opération Solidarité Eric Establie

 

Communiqué officiel du Spéléo Secours Français
Suivi des opérations sur le site de Labastide de Virac (07
)

Ce 7 janvier 2011, la fédération Française de Spéléologie et le Spéléo Secours Français ont dû se résigner à stopper les opérations de recherches sur le puits de Ronze. La cavité ne présente en effet plus aucun passage permettant de rejoindre le corps d'Eric Establie. Sur un plan financier et suivant les évaluations réalisées, l'ensemble des dons collectés jusqu'à ce jour devrait permette le bouclage complet de cette opération, de ce fait cet appel à dons se trouve dorénavant stoppé.

Dès la clôture définitive des comptes nous vous ferons connaître le détail de l'utilisation des sommes reçues. 

Le SSF remercie à nouveau toutes les personnes qui ont apportés un soutien a cette opération et sans lesquelles rien n'aurait été possible.

Très cordialement.

Dominique BEAU
Président du SSF

Les messages de soutien

Photos
Vidéo des innondations du 31/10/2010
Topographie vue en coupe du Puits de Ronze 
Situation générale vue en plan Puits de Ronze-Dragonnière 
Lien vers l'article du secours à la Dragonnière de Gaud (07)

Lire les comptes-rendus 2010  - Décembre -  Novembre - Octobre

Dimanche 23 janvier 2010

DSCN1097  DSCN1090  DSCN1074  DSCN1056  DSCN1080

DSCN0688  DSCN1047  DSCN1127

Seize personnes de l’Ardèche et du Vaucluse sont présentes sur site. Les infrastructures de surface à l’entrée de la cavité ont été totalement démontées. Le matériel ressorti de la cavité a été trié et rangé (cordes, mousquetons, amarrages, etc…). La tente a été vidée afin d’être prête pour son démontage qui sera effectué par les spéléos de l’Ardèche dans les prochains jours. Tout le matériel a été stocké à l’abri et en sécurité.

L’entrée de la cavité a été fermée par un cadenas à la demande du propriétaire qui en détient la clé.

La fin des opérations s’est faite à 16h30.

Samedi 22 janvier 2010

 

Quatorze  personnes de l’Ardèche et du Vaucluse sont présentes sur site. Douze sont engagées sous terre dès 9h30. Ils ont ressorti tout le matériel qui restait dans la cavité (cordes, fil de téléphone, génolène, etc…). Une équipe a fait une reconnaissance jusqu’au siphon 1 pour voir si rien ne restait dans la cavité. Le dernier spéléo sorti, le ventilateur s’arrêtait définitivement à 19h50. La cavité était totalement déséquipée.

Vendredi 21 janvier 2010

     

Cinq spéléos de l’Ardèche et du Vaucluse sont présents sur site.. L’équipe a remonté les deux morceaux de tuyau en PE restant dans la cavité, de la base des puits jusqu’en haut du P45. Ils ont aussi sorti quatre sacs de matériel qui trainaient dans la cavité (bout de câble, de gaines, de tuyaux, etc)

Mardi 18 janvier 2011

Comme prévu, l’équipe est arrivée sur le site du puits de Ronze dans la matinée. A l’extérieur, l’organisation de la journée commence par vider les containers et autre bungalow. En effet, ils doivent repartir en début d’après-midi chez le fournisseur. Tout le matériel stocké dans ces locaux est trié et classé devant la vigne. Plusieurs tas sont faits en fonction des propriétaires et des destinations.

Le premier objectif sous terre est simple. Il faut sortir le matériel présent dans le méandre et le remonter jusqu’à la base des puits. En début d’après-midi, les premiers tronçons de gaines de ventilation sortent de la cavité. Nous allons maintenant essayer de sortir le dernier câble encore présent dans le gouffre. Les spéléos s’échelonnent dans les puits et en surface, le câble est hissé. Après quelques brasses de rôdage, le câble est retiré progressivement.

En fin de journée, il ne reste sous terre plus aucun élément électrique sauf la ligne téléphonique. Un inventaire a été effectué pour lister le matériel encore sous terre. Normalement en un ou, au plus, deux jours, les deux tuyaux en polyéthylène, toutes les gaines, le fil téléphone et les cordes de l’équipement peuvent être sortis. Pour cela, il faut au moins une dizaine de spéléos sous terre et quatre en surface.

La suite du déséquipement se fera vendredi et devrait finir samedi. Pour terminer correctement cette opération, toutes les bonnes volontés sont bien entendu invitées à contacter le PC au 0637128540 pour annoncer leur venue.

Les spéléos présents sur le site ces jours sont de l’Ardèche, du Gard et du Vaucluse.

Samedi 15 et dimanche 16 janvier 2011

Après une semaine de démontage et de remontée du matériel, nous arrivons à un instant critique. La grosse pompe HP doit être ressortie. Les deux morceaux sont maintenant à la base des puits. L’équipe est composée de nombreuses personnes ce samedi. Elles vont s’échelonner dans chaque verticale. Le poids et le volume sont importants et les deux gros colis sont hissés par contrepoids, l’un dans la civière, l’autre dans sa protection. Les manœuvres pour chaque charge s’enchainent, les personnes restant à leur poste. Malgré une technique bien rodée et efficace, chaque passage horizontal demande un effort intense pour faire progresser la centaine de kilo du moteur et un peu moins pour le corps de pompe. Au fond, les derniers démontent les pompes du S1. Elles sont également sorties avec une bonne partie de leurs accessoires.

En surface, les tuyaux et les gaines sont roulés et stockés à mesure de leur sortie. La tente du PC pompage est également démontée. Après cette journée éreintante, tous les moyens de pompage sont à l’extérieur de la cavité.

Dimanche est consacré à sortir des tuyaux et des gaines. La dernière ligne électrique est également remontée jusqu’à la base des puits. Son tableau est sorti. En fin d’après-midi, il ne reste plus dans le gouffre que les gaines de ventilation, deux longueurs de polyéthylène, la ligne téléphonique et l’équipement de progression bien entendu.

La suite du déséquipement reprendra mardi matin. Il doit rester un à deux jours de travail.

Les spéléos présents sur le site ces jours sont de la Gironde, de l’Ardèche, du Gard, de l’Aveyron, du Vaucluse, de la Drôme, des Alpes-Maritimes et de la Loire.

Jeudi 13, vendredi 14 janvier 2011

Au rythme des équipes qui descendent sous terre, le matériel remonte. Pendant ces deux jours, la grosse pompe HP a été désaccouplée et le corps de pompe a été remonté jusqu’à la base des puits. De façon à améliorer le franchissement des passages étroits dans les premiers puits, les gaines et tuyaux ont été démontés et sortis. Des kits pleins de câbles électriques et donc très lourds ont été hissés à la technique du contrepoids. Une fois à l’extérieur, le matériel est trié, vérifié et rangé. Compte tenu des conditions extrêmes d’utilisation, tout le matériel technique doit être révisé.
Les gaines de ventilation, les tuyaux des pompes, les câbles électriques sont enroulés par l’équipe de surface. Les tuyaux en polyéthylène résistent à se faire enrouler surtout par les températures hivernales. Il faut se mettre à plusieurs pour lover les couronnes de plus de trois mètre de diamètre. Petit à petit,  le matériel est rangé dans les containers.

L’organisation du déséquipement avance. Normalement, la cavité devrait être vidée de tout le matériel dimanche soir ou au plus tard lundi. Mardi, les bungalows et les containers doivent être rendus à leur propriétaire.  Il ne restera donc plus que la remise en état du chemin et du terrain autour du puits de Ronze.

Les spéléos présents sur le site ces jours sont de la Gironde, de l’Ardèche, du Gard, de l’Aveyron, du Vaucluse,  de la Drôme, des Alpes-Maritimes et de l’Aude.

Mardi 11 janvier 2011

Le travail de démontage doit continuer au barrage mais avant cela il faut vérifier que le S1 soit vide. Une équipe descend assez vite pour constater si cela passe ou pas. Pendant ce temps, le reste des spéléos va commencer à sortir les tuyaux de refoulement des pompes haute pression. Le S1 ne passe pas, les pompes sont recalées pour continuer la vidange, il manque environ une heure de pompage. Le binôme du fond décide de remonter plusieurs kits et l’armoire électrique de puissance des pompes HP. Dans les puits d’entrée, le démontage des tuyaux a commencé. La rigidité du polyéthylène ne facilite pas les manœuvres. La première longueur est extraite du gouffre mais la seconde résiste. Le matériel remonte du fond, plusieurs contrepoids sont installés pour sortir la centaine de kilos. En début d’après midi, les kits sont à l’extérieur. L’armoire électrique est restée derrière le passage étroit à mi puits. Le tuyau en PE noir ne veut absolument pas bouger, nous verrons cela plus tard.

Après le repas pris à 14h00, une équipe redescend pour aller derrière le S1. Elle doit terminer le démontage de la grosse pompe. Elle doit ensuite faire le maximum pour faire passer les éléments en amont du siphon 1, si le temps et la fatigue le permettent. En début de soirée, mission accomplie : il ne reste plus rien derrière le S1. Celui-ci est tout de même laissé en vidange automatique pour effectuer une ultime visite et pour faciliter le démontage du matériel à l’intérieur de celui-ci.

Etant donné l’avancement des travaux de déséquipement et le peu de personnes présentes mercredi, ce jour, le site sera fermé. Le démontage reprendra donc jeudi matin.

Les spéléos présents sur le site ces jours sont des Bouches du Rhône, de la Gironde, de l’Ardèche, du Gard, de l’Aveyron et du Rhône.

Samedi 08, dimanche 09 et lundi 10 janvier 2011

Depuis l’avis technique donné par le SSF d’arrêter les recherches, tous les participants à OSEE sont profondément peinés et regrettent de n’avoir pu aller jusqu’au bout de leurs espérances. Presque tous pensent qu’il fallait prendre cette décision, d’autres auraient aimé aller encore plus en avant. La nature humaine est ainsi faite et tant qu’il y aura des idées diverses, nous avancerons. La décision a été longuement discutée, argumentée et est maintenant irrévocable. Chaque acteur de l’opération aura contribué à la grandeur de cette action. Bien entendu, l’objectif n’a pas été atteint mais tous pourront être certains que le maximum aura été tenté.
Chacun sait maintenant qu’il y a encore une dernière phase à OSEE. Il faut sortir l’énorme quantité de matériel descendu dans la cavité. Plusieurs centaines de mètres de tuyaux, de gaines, de câbles, de cordes et plusieurs centaines de kilos de pompes…

Sans perdre de temps, dans la nuit de vendredi à samedi, tout le matériel derrière le S2 a été retiré par l’ultime équipe d’exploration. Depuis samedi, les équipes s’enchainent pour retirer, en commençant par le fond, tous ces équipements. Les pompes, les gaines, les tuyaux, et les câbles du barrage au S2 ont été sortis. Dimanche, la météo n’est pas très favorable mais depuis le commencement de l’opération, nous n’avons pas eu beaucoup de beau temps. Presque toutes les personnes présentes descendent sous terre. Les pompes haute-pression du barrage représentent les charges les plus importantes. La plus petite des deux est déjà démontée. Elle est installée dans la civière. La remontée de cette lourde et imposante charge commence donc dimanche. En début d’après-midi, les conditions météorologiques se dégradent très vite et les précipitations augmentent. Le niveau d’eau à l’extérieur augmente encore plus vite. Le PC ordonne la remontée immédiate de tous les spéléos. Le débit de la rivière est très important maintenant. Un second barrage est constitué près de l’entrée. Deux pompes qui reviennent du S2 sont aussitôt installées près de la cabane d’entrée de la cavité. Elles vont pomper l’eau qui arrive de chaque coté de l’aven et ainsi protéger au mieux les personnes encore sous terre.

Pour activer la sortie, la civière et donc la pompe sont longées et restent au bas du puits d’entrée. Toutes les charges lourdes sont également laissées sur place pour faciliter la remontée de tous les sauveteurs.
En fin d’après midi tout le monde est à l’extérieur sans incident, sauf peut être une petite frayeur et une bonne douche pour certain.

Lundi, la cavité est redevenue praticable comme si de rien n’était. Il n’y a plus d’eau à l’extérieur. Dans le trou, un petit peu plus que de coutume mais rien d’alarmant. La pompe est désaccouplée au bas du puits d’entrée et enfin extraite. Ensuite, la série de tuyaux et des câbles de grosses sections en cuivre et aluminium sont retirés de la cavité. Par contre, au fond le S1 est plein. Nous ne pouvons accéder au barrage. Les pompes de ce siphon sont remises en automatique pour que mardi nous puissions nous charger de la plus lourde et volumineuse des pompes.

Les spéléos présents sur le site ces jours sont du Tarn, de la Gironde, de l’Ardèche, de la Haute-Garonne, du Gard, de l’Ariège, des Ardennes, du Vaucluse, de la lozère, de l’Aveyron, de la Drome, des Alpes maritimes et des Hautes Alpes

A noter : afin de finaliser cette opération dans les plus brefs délais et dans les meilleures conditions, il est important de disposer de monde sur site à dater de jeudi et ce jusqu'à dimanche pour procéder à la remontée du matériel restant encore dans la cavité. La procédure demeure la même, un appel au PC : 06 37 12 85 40 afin d’informer l’équipe de gestion sur vos disponibilités. En vous remerciant à tous et à toutes de nouveau pour cet ultime effort.

Lyon le 07 Janvier 2011

Le 23 Octobre 2010, la Fédération Française de Spéléologie, et le Comité Départemental de Spéléologie d’Ardèche mettaient en place l’opération OSEE (Opération de Solidarité Eric Establie ) sur la commune de LABASTIDE DE VIRAC en Ardèche. La direction de l’opération...

Mercredi 05, jeudi 06, vendredi 07 janvier 2011

Ce mercredi, l’objectif est d’aller voir l’ultime point d’interrogation qui subsiste dans les escalades au-dessus du S3. En fin d’après-midi, une équipe passe à nouveau derrière le S2 vide et commence à s’élever dans les cheminées. Le passage repéré est franchi. Un joli bout de galerie est découvert mais butte rapidement sur un puits parallèle qui redonne dans la cheminée. L’équipe continue sa mission en re-balayant tout le secteur et en vérifiant chaque passage. Malheureusement, le constat est le même : tous les passages potentiels sont soit fermés soit beaucoup trop étroits pour espérer passer. Les spéléos ressortent de la cavité avec le sentiment que malgré tous les efforts, la nature ne nous laissera pas franchir ce nouvel obstacle.

Jeudi, les conditions climatiques ne sont pas bonnes. Après nous être entretenus, il est décidé de ne pas descendre sous terre. Quelques tâches annexes sont effectuées.

Vendredi, une réunion sur l’avancée des travaux est organisée à la gendarmerie de Largentière. Monsieur le procureur de la République de Privas, monsieur le maire de la Bastide de Virac, le commandant de compagnie et son adjoint de la gendarmerie nationale et deux conseillers techniques nationaux du SSF participent à cette rencontre. Les CTN présentent l’état des lieux et le peu de chances qu’il reste de passer le fond actuel.

Dans le souci de ne rien laisser passer, il est décidé de faire descendre une nouvelle équipe en fin de journée. Elle devra revérifier tous les passages au  fond de la cavité derrière le S2. C’est seulement après cette nouvelle et ultime inspection des conduits terminaux que la décision sera prise de stopper et  d’annoncer la fin des recherches.

Pour ce faire, un point presse est organisé en accord avec monsieur le procureur de la République, monsieur le maire de Labastide de Virac et madame la présidente de la Fédération française de spéléologie et le S.S.F. Il aura lieu samedi matin à 11h00 à la mairie de Labastide de Virac.

Dans la nuit, les informations remontent du fond. L’ultime équipe d’exploration n’a rien trouvé de plus, tout a été visité à nouveau, aucun passage ne peut donner lieu à une continuation. C’est donc avec une immense peine et à contrecœur que le SSF donne son avis technique sur une fin d’opération.

Les spéléos présents sur le site ce jour sont des Alpes-Maritimes, de la Gironde, de l’Ardèche, de la Haute-Garonne, du Gard, de l’Ariège, du Tarn, de l’Aveyron et des Ardennes.

Mardi 04 janvier 2011

En ce froid matin ardéchois, la première équipe descend rapidement pour mettre les pompes en route. En progressant, aucun problème n’est détecté, les pompes de vidange du S1 puis du S2 sont démarrées. Le niveau d’eau dans le S2 est plus haut que prévu. Le pompage prendra donc un peu plus de temps. En milieu d’après-midi, et après avoir effectué quelques tirs dans la voute du S2 pour améliorer le passage, les spéléos réussissent à passer derrière le S2.
Ils vont enfin pouvoir continuer l’exploration des escalades et de la petite galerie. Mais une fois derrière le siphon, un constat est réalisé. Une petite cascade dans la salle entre le S2 et le S3 alimente par l’aval le siphon 2. Pour barrer ce phénomène, il suffirait donc de dévier cette petite arrivée d’eau et de la diriger directement vers le S3. Cette action est rapidement réalisée et fonctionne immédiatement, le gain est évident, il n’y a presque plus d’eau dans le S2. Dans les conditions climatiques actuelles, la qualité de l’installation n’a jamais été aussi bonne. Nos grimpeurs peuvent donc s’engager sans souci dans les cheminées au dessus du S3.
L’objectif prioritaire est de continuer la progression dans la petite galerie barrée par les concrétions. Après un moment de désobstruction, les explorateurs passent et constatent que cette galerie revient sur le méandre. Cette piste n’apporte donc rien de plus. Il ne reste maintenant plus que deux escalades à faire. Il est décidé de faire la plus facile. Après quelques mètres, les grimpeurs pénètrent dans un méandre qui malheureusement se rétrécit très vite et devient impénétrable. La suite n’est pas par ici non plus. L’équipe décide de sortir et de laisser l’ultime escalade pour le lendemain.

Les spéléos présents sur le site ce jour sont des Ardennes, des Alpes-Maritimes, de la Gironde, de l’Ardèche, de l’Aveyron et du Gard.

Nos remerciements :

-          A la société MTDE de Toulouse (31) pour la fourniture de matériel de survie.

Lundi 03 janvier 2011

Dès 9h00, les membres du SSF étaient en place pour ouvrir de nouveau le site du puits de Ronze. L’objectif de la journée est relativement simple. Il faut remettre toute l’installation en service. Après la journée de dépannage du 30 décembre dernier, normalement tout doit être opérationnel. Le groupe électrogène est mis en route, le réseau connecté, les contacteurs sont enclenchés et « ouf » tout démarre normalement. Une équipe doit descendre jusqu’au S1 puis au S2 pour vérifier l’efficacité des pompes. En début d’après–midi, on constate que l’ensemble des systèmes fonctionne.

Toutes les pompes sont en fonction et le niveau S2 diminue lentement mais sûrement. Un automatisme est installé sur l’une des pompes du S2 de façon à abaisser au maximum le niveau  d’eau dans celui-ci. A défaut de pouvoir le vider complètement, sans la présence d’une personne près des pompes, nous gagnerons tout de même un temps précieux. La mission de ce jour est remplie, il est temps de préparer l’organisation de l’exploration du mardi 4 janvier : Il faut aller explorer la petite galerie avec courant d’air dans le méandre et faire une escalade au bout de celui-ci.

Les spéléos présents sur le site ce jour sont des Alpes-Maritimes, de la Gironde, de l’Ardèche, de l’Aveyron et du Gard. Suite à un oubli, il faut ajouter à la liste des présents lors de la journée du 27 décembre 2010 nos amis Drômois.

Nos remerciements :

-          A la Société AR Pompes de Milhaud (30) et à tout son personnel pour le prêt de la pompe Grundfos haute pression et ses accessoires installés au barrage.

-          A Monsieur Hastoy Jean Baptiste de Tardets (64) pour ses délicieux chocolats.

Rappel : Le planning n’est pas complet pour cette semaine, ne pas hésiter à contacter le PC au  06 37 12 85 40 ou alors par messagerie à l’adresse suivante Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. dans le respect des consignes habituelles.

{vsig}sauveteurs/donsericestablie/photos{/vsig}

Copyright SSF

Copyright © 2008 - Spéléo Secours Français - Tous droits réservés
En cas d'accident spéléo composer le 0800 121 123 (N° vert - appel gratuit)

Vous êtes ici : Accueil Sauveteurs Informations sauveteurs 2010-10-24 - Suivi de l'opération Solidarité Eric Establie